Héraclès Part #2 … Work One

Work Number One

Quel bosseur cet Héraclès ! 

By Matelot Po’

12 travaux que nous allons voir en détails … Le premier fut de tuer le Lion de Nemée …  Mais pourquoiiiiiii tuer un être vivant ? Et la souffrance animale dans tout ça ? 

A l’époque ça n’existait pas encore … en même temps on (l’HOMME) n’avait pas encore exterminé les 3/4 des espèces présentes sur terre !!! 

Alors revenons à nos moutons … ou plutôt à notre lion !! 

HERACLES aurait du être le souverain de TIRYNTHE, de MYCENE et de MIDEE en Argolide. Un vaste territoire du Péloponnèse actuel, le Péloponnèse c’est la main à 4 doigts au SUD de la Grèce. (ca c’est cadeau pour les passionnés de géographie). 

Zeus avait prévu ce trône pour Héraclès qui devait naitre en premier mais Hera (encore elle) en décida autrement. 

Le fauteuil royal revint alors à EURYSTHEE qui naquit quelques temps avant notre héros. Les scénaristes de GAME of THRONE n’ont rien inventé. 

HERACLES se maria avec MEGARA, la fille du roi de Thèbes mais Héra (encore et toujours elle) le rendit fou et un soir de folie, il assassina sa femme et ses enfants.

Je n’ai pas besoin de vous préciser qui tire les ficelles derrière tout ça !!! HERA … pour ceux qui ne suivent pas. 

EURYSTHEE, jaloux et incroyablement avide de pouvoir, n’avait qu’une idée en tête : humilier HERACLES par n’importe quels moyens. 

Faut dire qu’il avait un peu les pétoches face à HERACLES … Sans l’aide d’Hera il n’aurait jamais pu soumettre le demi dieu. 

Pour expier sa faute, notre brave protagoniste, dut se mettre au service d’EURYSTHEE qui lui imposa alors 12 travaux. 

En résumé HERACLES signa un CDD de 12 ans pour accomplir sa tache. 12 années de servitude. 

Donc … en Argolide, il y avait un méchant Lion qui terrorisait la région. Selon la légende : ce fameux félin avait la peau plus dur que le cuir, plus solide que la pierre et plus douce que la laine mérinos. 

Il était né de l’union un peu spéciale entre une femme à moitié serpent issue du Tartare : ECHIDNA et de TYPHON mi homme mi fauve qui lançait des flammes avec ses yeux. 

Tu m’étonnes qu’avec des parents comme ça il avait envie de tout bouffer ce LION. 

Pour l’info, ils ont eu beaucoup d’autres monstrueuses progénitures dont on reparlera dans un autre épisode. 

En fin de compte, HERACLES avec sa massue, son arc et ses muscles (la version mytologique de la bite et le couteau), se mit en route pour Némée. Le chemin n’est pas un pèlerinage mais sur son chemin, HERACLES fit des belles rencontres. 

La plus importante , pour notre histoire : MOLORCHOS à Cléonae, (à mi-chemin entre Corinthe et Argos, toujours pour les passionnés de géographie). 

Ce fameux MOLORCHOS était un berger-jardinier-paysan (la traduction n’est pas claire) hyper accueillant mais terriblement marqué par la vie. En effet, les récoltes n’étaient pas bonnes et en plus son fils avait été tué quelques temps auparavant par le terrible lion de Nemée. 

Lors d’une soirée bien arrosée ; MOLORCHOS décida de sacrifier sa dernière chèvre (qui était un bouc, l’alcool ça aide pas). Mais HERACLES, grand seigneur, imbibé de Nectar lui fit une promesse : « si tu attends un mois , je te vengerai et te ramènerai la tête du matou » !!! 

Après avoir décuvé, il reprit sa route et arriva dans la banlieue chaude de Némée, 

Heracles, ayant voyagé, Tout l’été,

Se trouva fort dépourvu

Quand vide la ville, il vu

Pas un seul petit morceau

D’homme même pas l’ami pierrot

Il alla crier Aline

Sur la colline voisine,

Priant le ciel de l’aider 

A trouver le lion de Nemée

J’ai pas traversé, toute ces villes.

J’ai mal aux pieds, lui dit-il,

Ou est ce maudit animal,

Que je lui montre qui est le mâle. 

Personne n’aida le demi dieu ;

C’est la un grand défaut 

Il n’y avait pas de réseau

Heracles est courageux 

Nuit et jour à tout venant

Il marchait, pendant des heures

Lion où es tu ? As tu peur ? 

Je t’attends maintenant.

Plus sérieusement, après avoir d’abord cherché sur le mont Apesas, il se rendit au mont Trétos et là, il aperçut le lion qui revenait repus vers sa tanière, il venait de se faire un gueuleton digne du banquet de Platon. Tapi dans l’ombre et sous le vent pour ne pas se faire flairer (pour rappel il venait de gravir 2 montages et sans douche il sentait un peu le bouc).

En embuscade, HERACLES tira une myriade de flèches mais à son grand étonnement elles rebondirent sur la peau de la bête.

Malgré le fait que c’était quand même des flèches divines données par Apollon…. (en même temps il faut écouter les légendes … elles ne disent pas que des conneries). 

Le lion continua sa toilette tranquille … La digestion du lion est longue et il n’avait qu’une envie : faire la sieste. 

HERACLES à court de fléchettes, sortit son épée qui se brisa comme une bout de bois sur l’épais épiderme du fauve. Dernière chance … sa massue en bois d’olivier … pas de chance non plus, la massue n’assomma pas le lion et se brisa elle aussi. 

Adepte du Ju-Jistu et du MMA, HERACLES décida de se battre à mains nues. Il rentre sur le ring (la tanière du Lion) et commence par une clé de tête, le lion surpris lui fait ce qu’on appelle dans le jargon de la baston : une Mike Tyson (il le mord et lui arrache une morceau d’oreille ou de doigt en fonction des versions) … 

Malgré la défense non fair play du félin, le lutteur tient bon la prise (il était fort comme un dieu ne l’oublions pas) et commence à asphyxier le carnassier. Le félin perd peu à peu connaissance et l’arbitre met fin au combat. 

HERACLES remporte le combat et est déclaré vainqueur… le lion n’en sortira pas vivant. 

Quand il arrive en ville, EURYSTHEE qui n’avait pas misé un kopeck sur le demi dieu, lui en interdit l’accès. 

Infos en plus : En bon recycleur, HERACLES se fera une armure et un casque avec la dépouille du Lion … rien ne se perd , tout se transforme !!! 

Bientôt … le Second travail d’HERACLES …