Lefkas … ça passe et ça CASSE …

L’aventure perdure – Part 1

Jeudi 5 juillet, nous quittons notre mouillage de Vlicho à l’aube, direction Lefkada.

Captain’ Clot’ est à l’ancre et le moussaillon à la manoeuvre. Nous remontons une ancre pleine de vase sans trop de difficulté.

Une petite douzaine de miles nautiques nous attendent, les mats au loin sont encore éclairés, le soleil pointe son nez et la mer est d’huile dans la baie.

Nous zigzaguons entre les voiliers et les yacht de luxe pour nous frayer un chemin vers le large. Un voilier nous précède, nous emboîtons son sillage et c’est partit !!!

Tout est rangé sur le bateau, la « femme de ménage » peut venir.




Un fois l’île de Skorpio (propriété privée de la famille Onassis) et la pointe de Nydri passé, nous sentons le vent sur nos visages … Sans attendre nous sortons le génois et décidons de tirer un bord. Le plaisir sera intense mais de courte durée puisque le vent se calme et nous nous résignons à mettre le moteur (HB) en route.

Le CAP est pris … plein NORD à 360°.

Un belle étape nous attends, puisque nous devons passer le chenal de Lefkada (Leucade – Levkas).

Notre expérience de Messolonghi toujours dans un coin de la tête. Le canal est étroit, dragué à 6m, à tribord des îles et des rochers et à babord c’est pareil …

Et en plus au milieu de tout ça, les Charters boat sillonnent le périmètre. Concentrée, l’angoisse est lisible sur le visage de Captain’ Clot’.  Matelot Po’ vigilant fait la vigie entre le pont avant et la carte numérique (Merci JM).

Nous arrivons dans le chenal prudemment et en suivant de loin les bateaux qui nous devancent. A babord, la Marina, des yachts et des voiliers de luxe trônent fièrement. Nous poussons un peu plus loin (on a pas les mêmes moyens) et amarrons avec l’aide d’un navigateur Bulgare sur le quai gratuit juste en face de nous. La manœuvre est encore hasardeuse mais nous réussissons après quelques efforts musculaires à stabiliser la barque. Sérénité est en sécurité et nous aussi.

Après une sieste bien méritée et un tour dans la ville, nous nous couchons soulagé et heureux d’avoir parcouru tout ce chemin malgré nos galères.

La ville de Lefkas offre plusieurs visages, près des quais ça fourmille de vie, touristes et plaisanciers côtoient les travailleurs locaux et les grecs du port. Quand on s’enfonce au coeur de la cité, les petites ruelles typiques contrastes avec le faste des grandes artères.

A quelques encablures, des plages de sable fin, une eau turquoise, des spots de Kite surf et une nature à explorer.

Lefkada Town

Les bars et restaurants sont nombreux, variés et très animés. Les prix sont ceux d’une grande ville et on peut très bien y manger Grec – Italien – Libanais – Américain. On retiendra le « Light House » ou le patron de 70 ans fait l’animation. Il nous invitera même un soir après avoir eu connaissance de notre projet.


Inside & Outside

Dans les ruelles on trouve de petits café / bars et resto locaux colorés, abordables et adorables. Nombre d’entre eux possèdent des jardins cachés en arrière cours permettant de profiter d’un peu d’ombre et de fraicheur.

On s’y arrêtera plusieurs fois … Gyros, Souvlaki, cuisine traditionnelle et moderne.

Nous vous conseillons, un restaurant « casserole » à la cuisine inventive, délicieuse et généreuse : L’Euruxia au fond d’une petite ruelle étroite.

Les rencontres

Se ballader, être bloquer au port, parler du projet et passer du temps à découvrir une ville, c’est aussi faire des rencontres locales et internationales. A l’ombre d’une terrasse après un copieux repas, nous rencontrons Antonis Nikopolidis, sa femme Vaso Stasinou et leurs amis. Rencontre qui nous permettra de débuter un partenariat avec l’organisation ALLFORBLUE.

Bières, échanges et discussions nocturnes avec nos voisins Australiens qui parcourent le monde depuis des années (il en sont à leur 5ème bateau).

Lavro et Panos nos mécaniciens patients et pédagogues qui nous aideront jusqu’au bout à trouver une solution pour notre vieille machine.


Coup de coeur

Un bout lancé pour s’amarrer, un brin de causette sur le quai et au final une magnifique rencontre pleine de gaité. Les 5 nomades ont débarqués.

Une famille au grand complet, Henri, Marie-Hélène et leurs 3 garçons de 4, 6 et 8 ans.  Adrien, Nicolas et Maxime rythmeront nos journées de bon matin jusqu’au soupé.

Au programme : Pêche, bagarres et baignades le tout dans une atmosphère survoltée et enjouée.

Bon courage et bon voyage !

Part 2

Le verdict tombe

Il est temps de revoir nos plans … On nous avait prévenu, rien ne se passe comme prévu en Mer …

On distingue maintenant ce que c’est l’aventure !!! Vivre le moment présent, passer de la joie de réaliser un rêve à la colère et la tristesse de rester bloqué quelques miles nautiques plus tard.

Faire le deuil d’un moteur, d’une traversée vers la Corse et de la présentation de notre bébé à la famille et ami(e)s qui nous ont soutenu dans notre projet…

Après plusieurs réparations, un circuit de gasoil complètement nettoyé, des injecteurs propres, des heures passées dans la cale moteur, des mains marquées de noir et des quantités impressionnantes de fumées dégagées, le diagnostic tombe : 2 cylindres HS … compressions proches du Zéro !!! Notre Mercedes Benz OM636 a rendu l’âme …

« Une mer calme ne forme pas de marins d’expérience »

Nous sommes passés par toutes les phases … Choc, tristesse, colère, résignation, l’envie de tout quitter, laisser tomber et retourner à nos vies d’avant…

Mais une fois nos saumâtres sentiments passés, il est l’heure d’accepter la situation et de (re) construire – repenser l’expédition !

Un nouveau challenge, changer les plans, réfléchir plus loin, persévérer, avancer, persister, …  il y aurait des centaines de mots pour décrire notre état d’esprit actuel.

Nous voulons continuer notre combat contre la pollution et poursuivre notre rêve…

SEA2TERRA SE RELEVERA, PLUS FORT !!!

COMMENTAIRES

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.